Séjour spécial du vénérable Lama Sherab Gyaltsen

du 24 au 30 juillet 2019 à Yeunten Ling

Programme:

  • Initiation intensive au Bardo avec instructions et lung, la permission de pratiquer.

  • Initiation de Karma Pakshi, avec enseignement et lung

Plus de détails suivront, avec possibilité de s'inscrire.

Notez ces dates dans vos agendas !!!

Lama Sherab Gyaltsen Rinpoché


Le Vénérable Lama Sherab Gyaltsen Rinpoché a vu le jour en 1950 dans le village isolé de Manang au Népal. 

A sa naissance, il reçut le nom de Norbu Tsering.  Son lieu de naissance se situe dans le nord du Népal,  face aux magnifiques sommets de l’Himalaya.   C’est également dans cette région que se situe la grotte où le grand yogi Milarépa a médité et a permis à un chasseur de se  tourner vers un chemin de compassion grâce aux précieux enseignements qui lui furent dispensés.

Sherab Gyaltsen Rinpoché a consacré sa vie entière à la pratique du Bouddha de la compassion, Chenrezig, Bouddha Tibétain posant son regard de compassion sur tous.  Par la force de la récitation du mantra de Chenrezig « Om Mani Peme Hoeng », Rinpoché a permis à un nombre innombrable d’être vivants  d’atteindre l’éveil.  Grace à cette force décuplée  émanant de ses récitations, Gyaltsen Rinpoche reçut le titre d’honneur de Maniwa.  Pour mériter, ce titre, il faut avoir récité le mani-mantra un milliard de fois. 

Durant son enfance, quelques signes précurseurs se sont manifestés sur le chemin particulier de Norbu Tsering qu’il allait suivre.  Jamais, il n’a fait de mal à aucun être vivant.  A l’âge de trois ans, la connaissance  issue des vies précédentes lui permit de lire et d’écrire sans difficulté.

Peu de temps après, son père décéda.  Cet évènement lui fit comprendre que tout ce qui vit est soumis à l’impermanence.   La prise de conscience que chaque être vivant est prisonnier du cycle incessant des naissances et des morts remplit Norub Tsering d’un dégoût tel qu’il tourna le dos à la vie qu’il menait.   Il prit donc la décision solennelle de consacrer sa vie à l’étude et à la pratique du Dharma.  Tout d'abord, il s’est rendu à Katmandou pour ensuite entrer dans le  monastère de Rumtek, le siège principal de feu Sa Sainteté le 16ème Karmapa.

Lors de la prise de vœux de novice et après avoir coupé une mèche de cheveux, sa Sainteté le Karmapa lui donna le nom de Karma Sherab Gyatsen.  Durant ces années de noviciat, il reçut plusieurs fois les trois préceptes issus du Bouddhisme Mahayana : purifier les actions non-vertueuses, accumuler les actions vertueuses et purifier l’esprit. 

Il traversa également avec succès l’épreuve de la mémoire et réussit à retenir une quantité considérable de textes comme le rituel de Mahakala, les tantras et les prières rituelles issues de la tradition Kagyu.  Après son ordination, Sherab Gyaltzen fût désigné rapidement comme maître de cérémonie; maîtrisant les instruments  de musique  rituels  ainsi que l’art de la fabrication de la Torma.

La rapide maîtrise de l’écriture Tibétaine ainsi que de la grammaire lui  permit  d’atteindre  l’essence même  de la philosophie bouddhiste tel que le Boddhisattvacharyavatara de Shantideva.

Par la simple écoute des textes et  la contemplation,  Karma Sherab   en acquit la connaissance absolue, claire et  distincte.  Qualités telles que l’humilité  et le calme mental ont été des alliés très précieux pour atteindre cette connaissance. Sherab Gyaltsen reçoit alors différentes  initiations tantriques profondes  et des transmissions sous la direction  de maîtres hautement respectés et qualifiés, tel que le 16ème Karmapa et Bokar Rinpoché.  Ces transmissions comme les 6 yogas de Naropa, de hautes pratiques méditatives permettent à l’esprit de mûrir et de s’étendre.   Afin de réaliser la transmission, Sherab Gyaltsen Rinpoché  s’engagea dans la retraite  de  trois ans.  Durant cette retraite, son souhait le plus vif  fût de renoncer  totalement à la vie de tous les jours et de mener  une vie retirée.  Toutefois, suite à la demande de la communauté de Manang à Kathmandou et conscient des instructions  du 16ème Karmapa, il  se vit contraint de  mettre de côté ses vœux les plus chers afin d’enseigner  ses connaissances profondes.  Il passa sept années à Pokhara où il s’occupa de la rénovation du vieux monastère de Manang, où de nombreux moines étaient ordonnés.

Ensuite, il retourna à Kathmandou afin de diriger le monastère de la communauté de Manang à Swayambhu.

C’est dans ce monastère que – depuis 28 ans - Karma Sherab Rinpoché organise un festival annuel au cours duquel on essaye de réciter un billion de mani-mantras. Il se déroule durant  le premier mois du calendrier Tibétain,  considéré comme très auspicieux pour les mérites émergeants de ces pratiques religieuses.  Chaque fois, des milliers de personnes assistent à cette  grande Mani Poudja .

Karma Sherab Rinpoché  a une  conduite irréprochable.  Toute imperfection humaine lui est inconnue.  Son amour et son dévouement sont sans partage et inconditionnels, quel que soit le statut, la manière de vivre ou la confession des personnes qu’il rencontre sur sa route. 

Il est l’incarnation même des sagesses de vie qu’il transmet volontiers lors de ses retraites : « Celui qui vit sans attente, trouve le bonheur ».