Soutenez notre Fonds des Lamas

Pour nous aider, vous avez le choix entre différentes formules  

Don ponctuel

Don mensuel

Don annuel

Important ! À partir de 40 € de dons par an, vous avez droit à une déduction fiscale !

Le plafond de la réduction d'impôt au titre de libéralités est porté de 10 à 20% du revenu net imposable. 

Les dons des Pays-Bas vers ce numéro de compte sont couverts par le statut ANBI de l’Institut tibétain de Schoten. 

Nous espérons pouvoir compter sur votre soutien et vous remercions de tout

cœur pour votre générosité et votre soutien continu au Dharma

et à sa profonde sagesse, en ces temps difficiles.

Possibilités de paiements 

Par virement bancaire

IBAN: BE63 2200 4930 2308 – BIC GEBA BE BB

Communication : "Fonds des Lamas, don ponctuel / mensuel / annuel"


Avec Paypal



Nos racines

 

Kagyu Yeunten Gyamtso Ling (Océan de qualités) est le nom donné par feu Kyabdjé Kalou Rinpoché lors de la création de notre centre à Huy en 1983. Il est devenu le nom générique des trois instituts qui se sont développés tout au long de notre histoire, à Schoten (Anvers 1976), à Huy en 1983 et à Bruxelles en 2001.

Sans interruption, ces centres ont été gérés et soutenus par des lamas qui avaient été formés par Kalou Rinpoché (décédé en 1989) dans son monastère de Sonada près de Darjeeling : Lama Ogyen (jusqu’en 1990), Lama Kareta en collaboration avec Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima (jusqu’en 2013), et pour l’instant par ces deux derniers Lamas. La croissance de notre sangha est due à la présence d’enseignants compétents et chaleureux, constamment au service de ce précieux patrimoine.

Le statut de nos lamas a évolué au fil du temps. Lama Ogyen a fui le Tibet vers l’Inde à l’âge de 20 ans et a obtenu un permis de séjour en Belgique sur base de son passeport de réfugié tibétain. Lama Karta a pu venir en Belgique via la France et a reçu le statut d’enseignant bouddhiste. En 1997, il a obtenu un permis de travail et un statut rémunéré. Il a partagé ce salaire minimum avec les deux Lamas qui l’aidaient en tant qu’enseignants et conseillers spirituels de nos trois centres. À partir de 2013, Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima ont également obtenu officiellement le statut d’ employés. Entretemps, la législation belge avait évolué de sorte que nos enseignants devaient être officiellement employés afin de conserver leur permis de séjour et ainsi assurer leur avenir.

Le bouddhisme n'étant pas reconnu à ce jours, le gouvernement belge n’accorde pas encore de compensation à nos enseignants comme c'est le cas pour les enseignants d’autres institutions religieuses ou philosophies de vie, qui sont payés directement par le gouvernement fédéral.

Kalu Rinpoche

Le présent

 

Guider trois centres est une tâche ardue pour deux lamas : ils ne peuvent être qu’à un seul endroit à la fois. Cela pèse sur leurs nombreuses activités : fournir une formation de qualité, répondre aux demandes des élèves et des participants, pratiquer des rituels quotidiens, organiser des cérémonies lors d’occasions spéciales et bien plus encore. De plus, nos précieux lamas ne rajeunissent pas.

Entre-temps, une jeune génération d’enseignants se forme dans le monastère de Sonada qui est toujours le berceau inestimable de la lignée de feu Kalou Rinpoché. Notre étroite implication dans l’épanouissement du « monastère-mère » nous permet d’élargir le spectre de nos enseignements et d’en assurer la pérennité avec des lamas authentiquement formés. C’est notre ambition et celle de nos lamas. 

Les revenus des enseignements du Dharma et des retraites couvrent principalement les différents coûts organisationnels pour le fonctionnement de nos activités et les investissements pour l’entretien des temples et des stoupas, le château, les différents bâtiments et le parc. Malheureusement, nous devons constater que notre Institut ne génère pas suffisamment de revenus pour assurer en toute sérénité la rémunération des lamas et répondre au besoin de formation d’une jeune génération de lamas pour assurer la succession dans nos centres .

Si nous n’obtenons pas de financement suffisant pour assurer notre accompagnement spirituel, nos centres risquent de devoir se passer de la présence inestimable de futures générations de lamas.

Les lignées bouddhistes et les monastères qui ont survécu pendant des siècles sont ceux qui ont réussi à construire un financement suffisant pour leurs besoins spirituels et matériels.

Cet engagement est difficile chaque année.

Lama Zeupa - Lama Tashi Nyima  

APERÇU DE L’ESTIMATION DES REVENUS ET DÉPENSES DE YEUNTEN LING EN 2020

Chiffres de 2020 fortement influencés par l’impact de la crise sanitaire covid-19

REVENUS

 

72% - 280.000 € - ENSEIGNEMENT ET RETRAITES

15% - 60.000 € - BOUTIQUE

6% - 25.000 € - CONTRIBUTIONS DES MEMBRES

4% - 17.000€ - DONS

2% - 8.000 € - REVENUS DIVERS



REVENUES - 2020  

DEPENSES ET INVESTISSEMENTS

 

54% - 210.000 € - ACHATS ET DEPENSES GENERALES

26% - 102.000 € - REMUNERATIONS ET CHARGES SOCIALES (4 pers.)

7% - 26.000 € - REMBOURSEMENT DU CAPITAL

6% - 25.000 € - INTERETS ET IMPOTS

4% - 17.000€ - COUTS ET CONTRIBUTIONS DIVERS

3% - 8.000 € - RESERVE D'INVESTISSEMENT



EXPENSES - 2020  

Pourquoi un Fonds des Lamas?

 

Les revenus de notre centre sont insuffisants pour assurer la continuité des enseignements dans le futur. Il est de notre devoir d’assurer la succession de nos Lamas. Une jeune génération d’enseignants est actuellement en cours de formation dans notre monastère mère à Sonada, Inde.

Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima ont l’intention d’inviter régulièrement certains de ces jeunes Lamas à Yeunten Ling et de leur permettre ainsi de poursuivre leur formation pratique en Belgique.

Ces jeunes enseignants seront également officiellement engagés pour leur permettre d’obtenir un permis de séjour officiel en Belgique.

Tous les efforts de nos centres visent à accroître et à ancrer le potentiel de nos enseignements. On nous demande souvent d’aborder l’approche philosophique du bouddhisme dans nos programmes. Bien que nous continuerons à mettre l’accent sur l’approche pratique, Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima ont également exprimé le souhait d’intégrer progressivement et occasionnellement cette approche dans nos futurs activités. Cela se fera principalement avec l’aide d’enseignants externes qualifiés. Nous espérons ainsi répondre à notre objectif d’enseigner la sagesse bouddhiste selon les normes les plus élevées et pour le plus large public.

Pour cela, nous avons besoin de votre soutien financier ! Vos contributions seront utilisées exclusivement pour assurer la continuité et le développement de notre enseignement.

Lamas Sonada

Pour une version imprimée du texte, cliquez sur la photo de votre choix

Lamafunds - EN - Pdf

EN

Lamafunds - FR - Pdf

FR

Lamafunds - NL - Pdf

NL

Yeunten Ling est une organisation à but non lucratif qui ne peut pas vivre uniquement des revenus générés par le programme annuel autour du Dharma. 
Avec votre don, vous contribuez à pérenniser la lignée de feu Kalou Rinpoché.